L'astrologie, pas-à-pas - Les crises de Vie

 

Le lundi, jour de la lune, j'aime bien avoir peu d'activités et me laisser un peu conduire. Ce premier lundi d'avril, je suis sorti pour m'acheter des habits, et en me déplaçant, au bar à café et ailleurs j'ai rencontrés plusieurs personnes qui se sont toutes confiées avec des problèmes de vie divers mais importants. J'ai écouté tout en trouvant génial. En demandant à ces différentes personnes quels étaient leur signe, chacune faisait partie d'un des signes les plus activités par Pluton ces temps-ci, soit du premier décan du Capricorne, du Cancer, de la Balance ou du Bélier.

Je remarque chaque jour que la vie nous "accélère" dans notre processus d'évolution, mais je ne pense pas particulièrement au 21 décembre 2012, date à mon avis sans aucun sens, juste à faire peur. Je pense au passage de Pluton en Capricorne, dans le premier décan qui touche toutes les personnes qui ont leur Soleil, leur Lune, leur Vénus, leur Mercure et Mars (les planètes les plus personnelles) dans les signes en opposition et en carré au Capricorne, soit le Cancer, le Bélier et la Balance, je parle bien pour l'instant du 1er décan. Mais cela peut bien correspondre au 6ème des habitants sur la planète !!!

Le passage de Pluton dans le 1er décan du Capricorne touche bien sûr aussi ceux du Capricorne et cela jusque vers fin 2012, ensuite Pluton passe dans le 2ème décan et va stimuler ceux qui ont des planètes à partir de 10° du Capricorne, donc du 2ème décan. Pluton représente la fin d'une histoire et le début d'une autre. Soit le faite de réviser le passé, le revoir à fond pour s'en libérer et vivre le présent sans peur… Donc le passé nous rattrape et se conjugue au présent et crée des tensions, et nous sommes la plupart dans cette initiation !!! Ouah ! Quelle initiation ! Car le passé devient le présent, me comprenez-vous ? Le passé et le présent font "un", (avec Pluton), Pluton, "plus le ton monte" ce qui a été vécu est revécu.

Je souhaite vous parler ainsi plus souvent d'astrologie car il s'agit de la science, connue par les anciens avant toutes autres méthodes, bien sûr, comme je l'ai toujours dit, les astres ne nous influencent pas directement (sauf le soleil et la lune), mais sont une représentation extérieure de ce que nous vivons ici-bas dans notre intérieur. Je cherche un moyen de communiquer en direct avec une plateforme comme Facebook mais privée; j'ai trouvé la possibilité de m'acheter une telle plateforme et j'y pense, puis… Avec des réunions de formations, de centres d'intérêts, etc. Pour l'instant je laisse mon cerveau préparer cela, je fais différents tests sur Facebook et si une fois vous êtes invités à "Partageons nos activités" ne soyez pas surpris.

Mais revenons à Pluton… J'aime bien dire que l'astre est celui de la plus haute initiation, c'est le nettoyeur ! Et, ce n'est pas juste que Pluton touche les gens des signes indiqués, mais en Capricorne il est à mon avis plus puissant que dans tous les autres signes car il rencontre des résistances, celles des traditions, du non changement et des valeurs acquises, ce n'est pas pour rien que depuis son arrivée dans ce signe vers 2007 il crée toutes ces perturbations dans notre système monétaire…

Donc cela indique bien que nous sommes dans une période importante de l'humanité (Pluton reviendra en Capricorne un peu après l'an 2500 !) où tout se bouscule et nous avons à accepter que ce qui est aujourd'hui n'est pas ce qui sera demain, mais ce n'est pas pour autant que la vie soit instable. Si nous acceptons cela, soit l'impermanence, nous vivons une certaine constance d'impermanence et c'est ok. Mais alors comment vivre cela ? Hum, comment le dire ? En fait c'est tout simple, c'est vivre le moment présent tout en ayant conscience que le passé existe, qu'il nous donne des informations que le présent est la clé de sa libération et que le futur est la voie d'épanouissement du présent libéré… Ouf, je sens cela ainsi, ça me vient comme cela, peut-être à affiner. Alors vivons le moment présent avec la conscience du passé mais sans que le passé influe la qualité présente du moment présent. Vivons le présent en sachant que le futur va être beau mais sans que cela n'influe la qualité présente du moment présent. Surtout, "aidons-nous" les uns les autres, vivons le moment présent sans nous heurter parce que nos différents passés interviennent sur notre présent.

Ce que je remarque aujourd'hui, c'est que lorsque je rencontre un être que je ne connais pas encore, il n'y a pas consciemment la rencontre des passés respectifs, il y a le présent qui se vit à fond et c'est totalement magique. Puis, progressivement reviennent les anciens schémas qui se heurtent au vécu du présent et les comparaisons s'activent. C'est à ce niveau que nous devrons être vigilants pour continuer de nous connaitre tels que nous sommes dans le présent et là il n'y a pas de recettes universelles. Ce que je pense, c'est que nous serons beaucoup à être confrontés à aller dans ce sens et dont nous allons trouver des pistes d'entrainement, des miroirs sur notre parcours. Donc, il peut être bien de vivre cela comme si nous l'avions choisi, comme celui qui choisit consciemment d'entreprendre un sport rude et qui malgré de nombreuse défaites reste fidèle à son sport et fini un jour sur le podium. Mais nous, humains, ne prenons pas toujours la vie comme un sport et nous préférons parfois abandonner en pensant être une victime, pensant que nous n'avons pas choisi ce qui nous "arrive" en face. Et si nous pensions que nous l'avons choisi, même créé, pourrait-on alors penser différemment ?

Pluton nous bouscule en ce sens en nous faisant vivre des moments d'intensité, cela active les personnes des signes décrits précédemment, mais si ces personnes ont dans leur thème natal une relation de base importante avec Pluton, soit un aspect Soleil-Pluton, Lune-Pluton, Vénus-Pluton, Mercure-Pluton, Mars-Pluton, alors le passage de Pluton (en transit actuellement dans le ciel) dans un de ces signes prend encore plus d'ampleur.

Dans la tradition astrologique, Pluton représente la planète de la mort. Il s'agit des morts symboliques. Lors de ses passages essentiels, l'astre nous pousse à mourir à l'identité "que j'ai eu de moi-même".

Cette identité a été prise par chacun de nous, mais elle s'est souvent forgée par notre éducation et par ce que les autres (principalement les membres de notre famille) ont attendu de nous-même, par ce que les autres ont dit de nous-même, parce que les autres ont projeté sur l'enfant que nous étions. Lors d'un passage important de Pluton, cette identité est appelée à mourir et à renaître.

Lorsque cela se passe, des éléments extérieurs nous poussent à ne plus être une i-mage projetée mais tout naturellement un "mage", un magicien pour sa vie, en découvrant le "je" et ses réels potentialités dans sa vie. Cela peut être par des crises, des événements familiaux qui nous disent "va, sois et fais en fonction de qui tu es, je te laisse aller maintenant". Si mon identité est "Marcel Bianchi" j'ai à voir ce qui me correspond réellement dans cette identité. Je ne vais pas nécessairement changer de nom ou de prénom, mais des parties de cet ensemble ont à changer. Peut-être un de mes parents ou membre de ma famille à "collé" quelque chose de lui-même sur moi-même.

Personnellement je me souviens très bien d'un oncle, collectionneur de timbres qui par ce qu'il représentait pour moi, par la manière dont il s'occupait des timbres et m'a ensuite amené moi-même à collectionner les timbres, comme il m'a insufflé la précision, la minutie et les soucis du détail, d'aller chercher au fond des choses. J'ai dépensé tout mon argent de poche entre l'âge de 9 ans et de 15 ans, tout ce que je recevais à mes anniversaires pour acheter des timbres, des images de beauté qu'ils représentaient. Je devais en avoir pour plus de 2'000 francs et un jour une crise s'est passée, j'ai voulu modifier la façon de voir l'image (mais j'en n'étais pas conscient à ce moment) et j'ai voulu m'acheter un appareil de photo d'une valeur de 600.-, je suis allé vendre mes timbres et j'ai reçu 600.- ! Ainsi j'avais trouvé une autre manière de stocker des images ! Cet oncle, par l'expérience apportée, m'a donné la capacité de ne plus être figé sur des images statiques, mais de pouvoir capturer l'image en mouvement.

Ce message s'adresse à tous ceux qui ont une vie qui s'accélère et qui ne comprennent pas pourquoi, à ceux qui vivent des tensions. Tout a un sens et tout est évolutif même si vous ne le voyez pas tout de suite. Mais si au moins, sans le voir immédiatement, vous avez la foi que c'est un aller vers un meilleur, alors vous accélérer l'accès à ce meilleur ! Et remerciez la vie qui vous active ainsi !

 

Marcel Bianchi  -  Article publié le 3 avril 2012


 

Merci Monsieur Bianchi pour cette information ! Parfois je ne comprends pas pourquoi je ne me sens pas très bien et ce n’est pas faute de faire un gros travail sur moi depuis justement 2006-2007 Et avec cette explication de pluton je comprends mieux Merci.

Géraldine Geinoz


*******************************************************************


Le 15.04.2012

Les textes que je réalise sont souvent spontanés, je ressens le besoin de le faire quel que soit le moment où l'heure; s'il y a des fautes d'orthographe c'est qu'ils ont été directement placé dans l'interface de mon site Internet et seront corrigés ultérieurement. Cependant, le besoin du "direct" fait que certains textes soient mis en ligne pour être ensuite corrigés. Donc merci de votre compréhension; lorsque j'écris, ça va souvent très vite et je ne souhaite pas être mentalement pris par l'orthographe, je préfère exprimer l'instant présent, libre.

Dans un précédent message j'exprimais le fait que l'initiation de Pluton est celle d'accepter de perdre tous les repère, soit tous les pères dans ma compréhension, car le père est celui qui met le cadre de vie à l'enfant. Cette acceptation conduit à la libération des peurs car le cadre et sécurisant il permet de se construire mais trop souvent après construction nous gardons le cadre par sécurité et par peur de sortir de celui-ci, soit de sortir du connu. Donc pas de père pas de cadre ! Mais que veut dire "pas de père". Cela veut dire que l'enfant n'a réellement pas eu de père physiquement dès la naissance ou qu'il est parti avant l'âge de 12 ans. Cela veut dire que le père n'a pas complétement reconnu l'enfant ou l'a reconnu pour un autre (il voulait un garçon et voir venir une fille ou il prénomme sa fille du nom d'une femme qu'il a idéalisé), ou alors le père n'a pas pris la responsabilité de ses enfants, ne les a pas défendu dans des moments-clés.

Personnellement j'ai eu un père du signe des Poissons avec l'Ascendant Verseau, un génie, un artiste, un inventeur ! Et j'ai eu l'honneur de participer avec lui à ses créations, nous étions très vite complices, mais il ne m'a jamais donné de cadre.

Par son absence (de structure et de possibilité de me donner un cadre), il m'a laissé la place de mettre mon cadre moi-même, mais cela m'a pris presque 50 ans de Vie ! J'ai eu la chance de comprendre très vite cela, si je m'étais révolté contre son absence, je serai toujours aujourd'hui un révolté de la vie. Car les enfants qui évoluent dans ces conditions deviennent souvent des révoltés de la vie; ils cherchent inlassablement leur "cadre" et pour cela ils s'opposent à l'autorité, aux adultes, aux parents. Les adultes ensuite continuent cela ils vont continuellement dans l'opposition afin d'être recadrés... Ils cherchent un cadre ! S'ils ne le trouvent pas ils enfoncent cette révolte à l'intérieur d'eux-mêmes afin de pouvoir tout de même participer à la société et accepter un certain formatage. Plus tard, à l'âge adulte, lorsqu'ils ont moins besoin de vivre le formatage, il y a des moments d'explosion, ce qui a été réprimé, prime à nouveau, soit se place au-devant de tout. Mais il y des moments spécifiques pour cela, ces moments correspondent aux transits d'Uranus et de Pluton. Uranus fait tout ressortir d'un coup, sans réflexion, alors que Pluton fait ressortir par une exploration prélimiaire du fond de notre océan ! C'est magique, non ?

Les planètes me parlent régulièrement, dans ma vie je ne me prends pas la tête, je vis et pense très peu, je ne mémorise que ce qui m'est utile et ainsi la vie est simple, mais ça pense pour moi et c'est cela qui est merveilleux. Et si vous saviez ce que j'aime Pluton, considérée comme une planète à problème ! Mais ne pensez pas que j'aime les problèmes, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire, j'aime les solutions !

Donc certains transits, d'Uranus et de Pluton tout particulièrement nous poussent à se heurter à notre cadre initial ou à s'opposer à ... afin de définir ultérieurement nos limites. Tout cela est excellent, il n'y a rien de mauvais. Cependant il est essentiel d'en prendre conscience, de l'accepter afin de s'accompagner soi-même sur son propre chemin (le départ peut bien sûr se faire avec l'aide d'un trier mais en finalité on se retrouve soi-même) afin de vivre "sa" révolte" sans révolte ! Bon... Est-ce compréhensible ? Je vous rappelle que c'est du direct non modifié. Je m'explique, sans aucun effort ni prise de tête, je peux être spectateur de moi-même (je dis "je" parce que je le sens ainsi), et être celui qui dicte mes mots (ma révolte au moment où elle se passe) et celui qui est le corps dans son expression. les "2" sont en communication naturelle et facile, et ainsi je suis en permanence en conscience avec mon évolution, et je m'accompagne; le sens de ce qui se passe est compris instantanément ou juste après, ce qui fait que l'expérience devient un sens. C'est cela le message de Pluton. Uranus dans sa nature explosive ne montre pas le sens, mais cela a aussi un "sens". Uranus explose pour exploser. Lorsqu'Uranus est important dans notre thème, en conjonction avec un luminaire (Soleil ou Lune) ou proche de notre Ascendant, c'est dès le moment de la naissance que l'enfant est rebelle et le mouton noir de la famille, il n'est pas reconnu comme faisant partie des nôtres. Pour ma part Uranus représente la coupure, la distance et le fait d'aimer le monde dans sa globalité mais pas l'individu. Lorsque dans mes cours je parle d'une personne uranienne, j'aime à dire (si je parle à une femme de son mari uranien). Lorsque vous insistez pour qu'il vous invite dans un restaurant en intimité, il souhaite qu'à l'entrée du restaurant 3-4 de ses amis soient prêts à entrer pour leur dire "Mais venez avec moi et ma femme on avait justement prévu se faire une soirée sympa !". En fait, l'uranien à peur de l'intimité, d'entendre son silence intérieur, son coeur battre, si Pluton est important dans son thème, ce sera un chemin obligatoire de passer par cette intimité. Si ce n'est pas le cas, l'uranien va constamment vouloir être avec du monde, du bruite, de la variété pour se fuir. Uranus ne crée pas vraiment de prise de conscience, il y a ressenti d'étouffer et de faire n'importe quoi pour faire éclater les éléments structurants; le problème c'est que l'étouffement est souvent permanent, vous le reconnaissez avec les personnes qui ont besoin de prendre de l'air (un soupir régulier).


Uranus n'est que la première planète d'évolution, ensuite vient Neptune (qui calme un peu la tempête après Uranus) mais aussi du baume, parfois de l'illusion ou de la drogue, comme pour "calmer" le jeu avant d'arriver à l'ultime "Pluton" donc l'initiation. Avec Pluton, c'est l'heure des contes-comptes... Pluton incite tout ce qui a été vu auparavant mais sans conscientisation, de le voir réellement, c'est la grande révision, c'est la chambre de la mort et celle du jugement. Mais il s'agit de notre propre jugement, celui de nous-même et l'on se repasse les films qui n'ont pas été totalement compris, et on les repasse et on les repasse (crises, disputes, etc.) jusqu'au moment où tout est évident.

Mais tout est magique !


Voyez-vous ? Peut-être ne connaissez-vous pas l'astrologie, mais en lisant ces textes vous parvenez à identifier les comportements de ceux qui vous entourent, de mieux comprendre que tout est en relation avec un besoin profond et peut-être de sortir du jugement. Sortir du jugement ne veut pas dire ne plus s'exprimer et tout laisser faire, mais c'est exprimer son positionnement plus spontanément et avec un minimum d'émotions négatives (colère, haine).

Voilà, je vous dis à bientôt, merci !


*******************************************************************

Le 16 avril 2012


Bonjour Marcel,


Vous dites vivre actuellement une initiation,  comment déterminez-vous  que ce soit une initiation ? Et est-ce que tous les temps de crise que l'on vit spécialement dans le couple, sont peut-être une initiation ? Pouvez-vous  m'éclairer  merci, salutations.

Myriam

 

 

Bonjour Myriam,

Chaque expérience forte est une initiation. Bien sûr elle peut tomber dans les « oubliettes » et ne pas être utilisée. Une expérience, une crise, un changement important, etc. Ce sont des étapes de Vie. Si suite à une expérience, même difficile, vécue avec une personne (expérience amical, amoureuse, professionnelle, etc.) je rejette systématiquement la faute sur l’autre, que je me situe dans une colère maintenue, puis dans la haine, je bloque une énergie négative déjà existent en moi plutôt que de la libérer. Oui, parce que l’expérience elle-même était une chance de libérer une expérience passé non digérée. Si je bloque sur la nouvelle expérience, je remets une couche « d’indigeste » sur une blessure antécédente.

Donc dans ce cas, ce n’est pas vraiment une initiation, le test de vie n’a pas été passé… L’initiation qui port ses fruit est celle qui fait que je transforme ; cela se fait lorsque je regarde en moi pourquoi cette expérience m’arrive, quel est le message et donc ce que j’ai à comprendre ; et lorsque je reconnais en moi, que c’est moi et non l’autre qui doit bouger dans ma vie, alors l’initiation est là. Bien sûr que l’autre a aussi à réaliser cela pour lui s’il ne veut pas avoir à répéter toujours les mêmes schémas. Mais l’autre, c’est l’autre, ensemble on peut s’aider à avancer, mais pas rejeter la faute sur l’autre. Ensemble on peut voir ce que chacun à créer chez l’autre, oui cela est possible si les niveaux d’évolution de l’autre le permet. Alors dans ce cas il est possible de dire à l’autre « tu vois, dans ce comportement que tu as eu, tu a créé cette relation en moi » ; mais ce n’est pas une attaque, c’est exprimé avec douceur dans une discussion ou chacun à son temps de parole. Et là cela devient une thérapie spontanée à deux. Dans cette situation, quelle que soit l’issue, il y a guérison. Il est possible que les être se retrouvent pour vivre une nouvelle relation, mais pas la suite de la précédente vécue ensemble (qu’il s’agisse de vie amicale, affective ou de relation professionnelle). Il est nécessaire de renaître à soi-même pour vivre une nouvelle relation même si c’est avec la même personne. Si les êtres se séparent, ils sont alors libre de leur passé et n’auront pas à revivre le même genre de situation.

Comment peut-on alors savoir lorsqu'il y a renaissance dans une relation à deux ? Il n'a pas de points précis de références. Pour ma part je le reconnais lorsque ce qui a été, dans l'ancienne relation, reçu comme critiques est alors accueilli dans la même relation résolue. En d'autres termes, avant, le peu de remarques exprimées blessent, après la renaissance, toutes les ressentis sur l'autres se disent et plus rien ne blesse, au contraire, tout est reçu et devient une aide au changement.

Dans la vie affective, l'évolution et la construction d'un couple peut prendre du temps. Je parle ici de la construction d'un couple qui ne se réalise pas pour fonder une famille. Lorsqu'on est jeune, il y un principe archaïque (oui, c'est cela) que de faire des petits pour la survie de l'espèce. Il y a un but et cette réalisation "tient" le couple et le conduit à persévérer. Lorsque cela est fait et que des adultes n'ayant plus un projet commun de fonder une famille, il y a lieu d'aller vers une autre dimension, et ce chemin passe par des initiations (principalement en relation avec la planète Pluton) qui sont acceptées ou refusées. Il n'y plus les enfants qui "soudent" le couple; il peut y avoir un but en relation avec les plaisirs de la vie, ce qui est important, mais le chemin qui va unir les êtres est celui de l'Amour vrai et la confiance totale, car il n'y a plus rien qui retient au foyer, les deux être sont libres de leurs mouvements et peuvent s'en aller à tout moment. Accéder à cet Amour peut en effet prendre du temps et les passages initiatiques, les crises peuvent en effet décourager. Alors j'entends des êtres dire ce que je trouve complétement idiot, une fuite tellement facile "Vaut mieux vivre seul que mal accompagné", phrase que je modifie en "Je suis aigri par la vie et plus personne ne voudra de moi", parce que c'est cela, à nouveau, celui ou celle qui pense exprime la première phrase, et rejette la faute sur l'autre, puisque le mot principal qui termine la phrase est "mal accompagné", soit c'est l'autre qui m'a mal accompagné. Soit je suis victime d'avoir été mal accompagné. Voyez-vous cela ? Résignation et désertion de Soi.

Celui qui vit cette beauté de l'amour telle que je l'exprime ci-dessus n'est jamais mal accompagné, il, elle est accompagné (e) par celle, celui dont il, elle a besoin pour poursuivre son évolution, même si cet accompagnement ne dure que quelques temps.

Lors de mes consultations j'amène mes consultants et consultantes à évoluer dans ces observations afin de les aider à sortir de leur schémas répétitifs, car il y a actuellement un grand nombre de problèmes de couples, certains sont très difficiles à solutionner car un des partenaires n'est pas ouvert à la discussion et déserte, mais bien des situations peuvent trouver de réels solutions au travers d'une renaissance.

Mes expériences personnelles, passées et surtout actuelle me dynamisent à aider les autres à voir le sens magique (si l'on est prêt) de chaque relation. A un tel point que j'envisage avec la femme qui m'accompagne actuellement dans ma trajectoire de vie, un cours pour aider les couples, comme pour aider les personnes seules à se revaloriser tout en sortant des attaches du passé afin de dynamiser l'accès à une réelle liberté d'être soi-même.


Car être soi-même tout en étant avec l'autre est une belle mission ! Mais ce qui est juste extraordinaire, souvent, c'est que c'est l'autre et à son contact que l'on découvre qui l'on est … !!!

Ouah !!!

Et de là, après cette découverte, "l'autre me révèle à moi-même…", "L'autre, par le fait qu'il me bouscule, me critique, ne me reconnait pas dans ce que je souhaite lui montrer" --- Me fait réagir, me fait me découvrir et m'affirmer davantage. Et cela se passe souvent pour les deux personnages d'un couple, chacun découvre son potentiel d'affirmation et prend encore plus contact avec sa liberté individuelle… Ce qui peut diviser, partager et amener de la distance ?

Un peu comme si chacun (ou un seul) se régénère en face de l'autre, se re-découvre et finalement, dans son accès de liberté, de nouvelle énergie, s'échappe un peu. Et le carburant de ceci, c'est l'autre ! J'espère que vous me suivez … ? Je parle ici d'êtres qui communiquent tout de même ensemble, bien sûr, mais même dans les autres situations c'est aussi ainsi.

C'est bien pour cela qu'en finalité, pour des êtres dans la conscience actuelle, il serait bon tout de même de se reconnaître et se remercier. Nous en avons besoin encore plus aujourd'hui dans notre monde… Et si notre monde, la santé de notre terre était directement lié à la qualité des relations personnelles ? Souvent nous jugeons les politiques, ceux qui font les lois de nos pays, mais ne sommes pas toujours capables de vivre à deux ?


Un exemple sur la liberté de chacun et la compréhension des faits, des mots.

En janvier 2012, ma compagne à cette période va placer sur les arbres du jardin des boules de nourriture pour les oiseaux. Elle le fait régulièrement. Je la regarde faire et lui donne mon avis "Je pense que ce n'est pas bien de donner à manger aux oiseaux, même l'hiver lorsqu'il y a de la neige". Ensuite il est normal qu'elle se sente le besoin de justifier son acte, et à moi de dire "Même les spécialistes de la faune le disent , cela les habituent à trouver facilement de la nourriture peut diminuer leur capacité à trouver leur nourriture dans la nature". J'ai juste exprimé mon point de vue tout en la laissant continuer de donner à manger aux oiseaux, cela, pour moi sans aucun problème. Apparemment elle a pensé que je n'appréciais pas cela ou que je n'aimais pas suffisamment les animaux. Récemment nous sommes revus et sommes revenus sur ce sujet, ce qui m'a permis de lui confirmer qu'elle était totalement libre d'être elle-même et de faire ce qu'elle avait envie et que de mon côté je demande le droit d'être moi-même et de dire ce que je pense, tout en la respectant. Et d'ajouter que je la trouvais tellement belle avec ses moon boots roses dans la neige que je veux bien continuer d'apprécier cela…Tout en gardant mon avis, mais mon avis n'est pas une privation de liberté de l'autre dans ce qu'elle conçoit être juste pour elle. Lorsque l'on a l'humilité de se reconnaître l'un et l'autre comme l'initiateur de l'autre, nous avançons l'un à côté de l'autre et non plus l'un contre l'autre; face à moi se trouve un être avec un beau coeur et une belle évolution ce qui permet de dialoguer, de se comprendre; notre futur est dans le présent, donc il n'y a pas nécessairement de futur mais une intensité de l'instant. Cela nécessite un lâcher prise complet ! Cela est possible pour chaque être qui est sur le chemin d'un éveil de conscience.

En ce sens, je n'ai pas nécessairement raison, j'ai mon avis; elle, par rapport à l'amour qu'elle porte aux animaux, elle se sent juste dans ce qu'elle fait, donc elle a à être loyal à elle-même et peut même le revendiquer en me disant "Peu importe ce que disent les spécialistes de la faune, j'ai besoin et envie de donner à manger aux oiseaux durant l'hiver, merci à toi de me respecter dans qui je suis, et je ne suis pas en tension avec toi si ton avis est différent". A ce niveau c'est tout à fait acceptable, il s'agit de SON besoin, de ce qu'elle ressent et je ne peux pas aller contre ce qui est évident et justement dit. Mais si elle me dit "Les oiseaux ont faim et peuvent mourir si je ne leur donne pas à manger", là il s'agit d'une croyance ou de quelque chose d'incertain, et cela peut engendrer une discussion menant vers un désaccord. Dans un couple il est important de bien spécifier que ce qui est fait n'est pas contre l'autre, mais pour soi (c'est mon besoin). Il est aussi bien de s'autoriser à dire lorsqu'un changement de position se fait "J'ai changé d'avis". Changer d'avis n'est pas une faiblesse et ce n'est pas non plus le fait de "retourner sa veste". Tout évolue en nous en permanence et un jour nous pouvons voir une situation exprimée précédemment depuis un autre angle de vision et donc avoir un autre avis sur la situation.

Cet exemple en est un parmi bien d'autres pouvant créer des difficultés dans les couples, fonction des différences de chacun qui ne sont pas respectées. Pour moi, l'amour grandit (je voulais dire "se solidifie… hum") par l'acceptation des différences et par l'acceptation de la liberté de chacun, cela aussi est un beau défi… Et puis, si chaque fois que nous ne sommes pas d'accord avec l'autre, que nous faisons de nos différences des zones de divergences, nous accumulons une somme de problèmes qui à un moment semblent insolubles. C'est pour cela que nous avons besoin de nous comprendre et parfois revenir sur certains sujets pour les ré-éclaircir.

Suite aux informations sur PLUTON et les crises de vie, j'ai reçu beaucoup de demandes, de questions et je vous en remercie; je vois combien le sujet des "crises" est important. Bien d'entre-vous m'ont dit que je touchais des zones précises de leur vie et les aidait à mieux comprendre. Je n'ai pas publié dans ce contexte les différentes questions et témoignages; je peux le faire sur votre demande dans le cas où le contenu et la réponse possible peuvent aider d'autres après lecture.

Merci à vous !

Marcel


*******************************************************************


Le 11 mai 2012


Le transit d'Uranus


Je suis Ascendant Balance du premier décan et lorsque je vous ai demandé si l'Ascendant Balance était touché ces dernier temps, vous me disiez que la planète Saturne était influente mais que cela diminuerait dès le printemps 2012. Or, je me sens toujours dans une problématique relationnelle et ne vois pas le bout du tunnel. Pouvez-vous me donner plus de précisions ?

Mireille

 

Le texte qui suit, en réponse à Mireille, est aussi valable pour les personnes dont l'Ascendant est dans le premier décan du Bélier, avec une nuance qui est expliquée à la fin de la réponse.

 

Bonjour Mireille,

Lors de ma réponse j'étais centré sur la Balance et j'ai omis de vous parler de ce qui est en face de votre Ascendant. L'Ascendant représente le corps incarné, c'est "je réalise" en fonction de qui je suis. Exactement en face il y a la maison 7 (appelée aussi le Descendant), là il s'agit de l'autre que le "je" incarné, c'est la relation à l'autre. Donc face à la Balance c'est le Bélier, signe de la planète Mars, ce qui montre déjà que vos rapports avec l'autre se vit principalement dans un contexte martien (Dieu de la guerre). Votre apparence physique (Balance) peut montrer une personne un peu indécise et malléable; mais le vécu relationnel est plutôt vécu avec tensions et cela est une sorte de compensation de votre instabilité (Ascendant), mettant en place une attitude autoritaire pour ne pas être trop envahie. Je m'explique, la Balance laisse souvent passer beaucoup de choses et s'adapte à presque tout et cela peut être très bien vécu. La maison 7, en face peut ne pas être activée si par exemple il n'y a pas de planètes en Bélier. Donc la Balance se vit très bien et tout baigne, c'est aussi agréable que de se laisser porter.

Mais actuellement, vous avez la planète Uranus qui transite le signe du Bélier et qui va se trouver influente plusieurs années dans votre maison 7, ce qui crée une sorte de révolte contre vous-même lorsque vous vous sentez piégée et que vous étouffez. Bien évidement cela va se reporter sur l'autre ou les autres en général avec lesquels vous pourrez avoir des tensons lorsque vous vous sentez dominée ou freinée.

Vous avez le choix entre le fait de vivre ces tensions en vous révoltant contre les autres et la société et en vous isolant, ou alors, en redéfinissant certaines valeurs en vous-même afin de vivre votre Ascendant Balance dans un juste équilibre.

L'Ascendant Balance est bien la représentation de la relation à l'autre, mais demande un tel besoin de reconnaissance qu'il y a souvent exagération portée vers l'extérieur afin de trouver cette reconnaissance. Si vous allez dans cette compulsion vous allez inévitablement aller vers une saturation qui créera un état de révolte lorsqu'une planète en transit (dans un moment donné) passera dans votre Maison 7, il peut s'agir de Jupiter, de mars et surtout d'Uranus.

Actuellement, Uranus en transit en Bélier vous met dans un état de rupture permanent avec l'autre, les autres. Certes, cela n'est pas généralisé, vous allez vous entendre avec toutes les personnes ne représentant pas un risque de vous étouffer, les personnes gentilles. Mais en fait c'est contre vous que la réelle révolte se vit, contre votre difficulté à gérer vos aptitudes à vous épanouir à l'extérieur avec équilibre et c'est du côté de votre Ascendant Balance qu'il y a lieu de voir.

Uranus en maison 7 vous incite à revoir vos valeurs et à solutionner vos besoins de reconnaissance. En fait, l'autre vous ramène à vous-même. L'autre vous conduit vers le fait de vous déterminer de manière juste vis-à-vis de vous et les oppositions que vous pouvez rencontrer durant ce transit ne sont là que pour vous amener à mieux vous connaître mais surtout vous "re-connaître" afin de ne plus avoir à déployer une puissante énergiepour être reconnue par le monde et donc à sortir de l'épuisement dont vous me parliez. Si vous vivez un état de révolte vous menant à fuir votre "Je" (le passage d'Uranus en 7 peut conduire à vivre de manière extrême sa liberté) votre être réel; c'est l'examen du moment, et vous avez la liberté de choisir.

Lorsqu'Uranus est de passage dans votre Maison 7, vous êtes remise en question par les autres.

Lorsqu'Uranus passe à l'Ascendant d'une personne, c'est elle-même qui se sent en révolte, en besoin de faire sauter ses "limites".

Il est important de savoir qu'aucune planète n'a un sens positif ou négatif, elle fait vibrer la tonalité en résonnance avec ce qui se passe chez chacun de nous. Uranus nous met en contact avec notre capacité de se sentir libre. Si lors d'un passage d'Uranus la personne explose ou cherche à avoir une très grande liberté, en bousculant le monde, c'est bien qu'il y a un conflit encore non résolu qui trouve souvent ses racines dans le tout début de l'adolescence, soit entre 10 et 11 ans, puis qui s'est reporté vers l'âge de 21 ans.

Lorsque l'être est en bonne voie, le passage d'Uranus sur l'Ascendant éveille ses capacités de transmettre et de communiquer avec les autres. Il n'y a ni opposition, ni besoin de liberté. La liberté est acquise et n'est pas un besoin. Comprenez bien que celui qui recherche indéniablement la liberté n'est pas libre, c'est l'oiseau dans sa cage, le prisonnier dans sa cellule. L'oiseau a été mis par l'humain en cage, mais l'humain s'est mis tout seul dans sa cellule.

Uranus vient donc nous faire comprendre cela et la manière de réagir nous donne la possibilité de comprendre si nous sommes libres ou si nous ne le sommes pas. Bien évidemment, il y a lieu d'aller voir nos peurs, soit toutes les situations où en effet nous avons été mis en prison par autrui. La vraie liberté est un acte de reconnaissance intérieur qui nous conduit à nous libérer de nos peurs et non celui de faire éclater les barrages extérieurs.

C'est ensuite une question d'espace, et Uranus est une planète en relation avec l'AIR. Donc une peur de ne pas avoir assez d'espace et cela engendre des conflits de territoire, donc des guerres, comme la plupart de nos guerres sont celle de s'approprier un plus grand espace pour la survie des peuples.

C'est idem pour l'être humain. Lorsqu'il a peur de perdre sa liberté il a juste peur de lui-même, revendiquant une grande liberté et sachant qu'il a de réelles peurs à la vivre en tant qu'état.

Dans mes consultantes et consultants, j'ai eu de nombreuses personnes qui se veulent très en mouvement et qui paradoxalement sont claustrophobes ou à tendance aux angoisses dans certaines circonstances. Par exemple des moniteurs de ski qui ont des crises d'angoisses dans les télécabines. Être moniteur de ski est une représentation de liberté, de chercher l'air… ou des moniteurs snowboard (liberté de surfer sur la vague) avoir peur du noir. D'autres exemples pourraient être donnés, tout ce qui représente le fait d'aller vite dans un contexte individuel (donc par les sports de groupes), soit "je fonce tout seul et personne ne peut me retenir" peuvent conduire vers une situation opposée, "là, malgré moi je suis obligé de rester sur place". Celui qui est réellement libre est normalement celui qui ne parle pas de liberté, il n'en n'a pas besoin, il a la liberté. Ce même personnage n'a aucune peur dans un contexte de lieu, d'espace, de groupe.

Lorsqu'Uranus intervient dans une période de notre vie, c'est donc justement le bon moment pour accéder à la liberté, ce ne devrait pas être une revendication vis-à-vis des autres, mais bien un message pour libérer ses propres peurs par rapport au monde, aux lieux, aux espaces.

Le cerveau reconnaît un enfermement, une peur réelle vécue (souvent dans le ventre de maman), l'être va donc continuellement lutter pour ne pas perdre sa liberté, mais c'est un leurre puisqu'il n'est pas libre (il a été privé de liberté); en luttant pour ne pas perdre sa liberté, par de l'extravagance ou différentes attitudes il ne fait que refermer l'étau sur lui.

Il a donc à reconnaître qu'il n'est pour l'instant pas totalement libre, mais que ce n'est pas son environnement actuel qui le prive, l'environnement n'est qu'un message. Ce n'est pas en gesticulant de tous côtés qu'il va accéder à sa liberté, car dans notre société, ceux qui gesticulent on les met en prison ou on les calme avec des médicaments ou des antidépresseurs. Les antidépresseurs empêchent de voir l'accès à la liberté, c'est donc un bon calmant de ce côté, mais juste un camouflet, lorsqu'une personne arrête les antidépresseurs il en est différent.

Il y a donc lieu de libérer "ses" contraintes intérieures, afin de se donner le droit à une juste liberté. Mais ce mot "juste" liberté ne convient souvent pas aux personnes éprises de liberté; pourtant l'observation montre bien que celui qui vit cette évolution depuis l'intérieur est libre à 500% et l'autre type d'attitude "être acharné à vire libre" ne fait que de rester prisonnier.

Voyez-vous le paradoxe ? La plupart du temps, ce sont les personnes qui dans leur vie vont très vite ou utilisent des moyens de locomotion très rapides, ou pratiquent des sports qui représentent la vitesse et la liberté, qui bloquent et paniquent lorsqu'elles s'arrêtent quelques minutes pour reprendre leur souffle parce que l'obscurité arrive (c'est une image).

 

Marcel Bianchi  -  Article publié le 11 mai 2012

 





 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En continuant à utiliser ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.